fbpx

Je n’aime pas ce mot « dominance », « dominer »…

Si je regarde dans le Larousse, voici la définition de dominer:

« Dominer : être le maître d’un territoire, exercer sur lui sa souveraineté pleine et entière. Exercer sur quelqu’un un ascendant, une influence, lui imposer sa volonté. »

« Votre chien vous grogne dessus, attention il essaie de vous dominer ». « Vous vous êtes laissé dominer par votre chien, il va falloir reprendre le dessus. »

Quand j’entends ce genre d’expression j’imagine tout de suite le chien qui m’agresse, qui s’impose, voire qui a la volonté de me nuire … et surtout que je dois contrer, rabaisser, … pour qu’il ne prenne pas le dessus. Dominance égale risque d’aller au conflit à un moment ou à un autre en somme non ?  En plus, c’est un peu négatif de projeter le chien en ces termes vous ne trouvez pas ? Pas tip top en matière de relation entre nous et notre chien me semble-t-il…

Et si on essayait de voir les choses différemment ?

Je vais vous raconter une petite histoire

(fictive mais bon, ça pourrait être réel).

Allez, un peu d’imagination. J’ai trois chiens de caractère très différents :

  • Un mâle beauceron castré, Jeelo, 5 ans

Jeelo est à la maison depuis ses 2 mois. Il me suit partout, adore les câlins, recherche le contact, est un vrai pot de colle. Il est très sociable avec ses congénères, petits, grands, mâles, femelles, … quel que soit le chien, il ira à sa rencontre avec enthousiasme. Il se fait parfois recadrer par Louna (cf ci-dessous) quand il recherche trop l’interaction. J’ai particulièrement dû travailler l’apprentissage de la solitude quand il était chiot car il supportait mal d’être seul.

  • Une femelle de type bouledogue français, Louna, 3 ans

Louna est une petite femelle que j’ai adoptée il y a un an pour tenir compagnie à Jeelo. Manque de bol, elle n’est pas très sociable et tolère tout juste les caresses. Elle accepte la compagnie d’autres chiens mais sans vraiment la rechercher. C’est une petite chienne plutôt indépendante qui apprécie d’avoir son petit confort et son espace à elle. Je travaille facilement avec elle en la récompensant avec une friandise, car madame est très gourmande !

  • Un chiot cocker anglais, Nemo 6 mois

Nemo est arrivé à la maison alors qu’il avait trois mois. Il s’est très vite habitué à la maison et aux autres animaux. Nemo vit sa vie. Il apprécie de jouer avec Jeelo mais se satisfait très bien de jouer tout seul aussi dans son panier. D’ailleurs, il raffole de ses jouets. Kong, corde, … il les amène tous dans son panier et joue tour à tour avec l’un ou l’autre.

dominance chiens

Il est 18h et je rentre du boulot.

Jeelo et Nemo s’approchent pour une caresse. Jeelo monopolise mon attention et tolère tout juste que Nemo vienne pour solliciter un contact : il le repousse, revient vers moi, le repousse de nouveau. Je choisis de les ignorer pour éviter que ça ne dégénère. Pendant ce temps, Louna reste tranquillement dans son panier et lève tout juste la tête. Je l’appelle à moi en disant son nom et en la regardant. Mais qui se présente à moi ? Jeelo ! Tant pis, j’essaierai d’appeler Louna à un autre moment.

Plus tard, il est l’heure de les nourrir ! Je prépare tranquillement dans le garage la gamelle de chacun, que je dispose ensuite à chaque coin de la cuisine. Habitués, chaque chien se dirige vers sa gamelle. Nemo tente à un moment de regarder dans la gamelle de ses voisins. Jeelo le laisse faire et le laisse même manger quelques croquettes. Louna par contre se met à grogner et fixe du regard Nemo quand elle le voit approcher. Nemo n’insiste pas et repart à ses affaires. Quand tout le monde a fini une vingtaine de minutes plus tard, j’enlève les gamelles.

Je découvre dans la soirée mes chiens tranquillement installés sur « leur » canapé. Ou tout au moins Louna tranquillement installée… Madame est étalée de tout son long du côté du canapé à côté du chauffage. C’est tout juste si Nemo peut occuper l’autre bout du canapé. D’ailleurs, quand il essaie de prendre plus de place, Louna le repousse. Jeelo lui, paraît s’en ficher complètement. Il préfère se coucher dans son panier, d’où il peut me voir à son aise.

Nemo commence à s’exciter, il va être bientôt l’heure de faire la sortie du soir. Il joue à sa corde, qu’il secoue dans tous les sens. Jeelo est bien intéressé par tout ça et souhaiterait lui aussi jouer avec la corde. Mais Nemo est totalement absorbé par son jouet et ne souhaite en aucun cas le céder. Il part plus loin avec sa corde. Alors qu’il s’installe pour la mâchouiller, Jeelo tente de nouveau une approche. Cette fois-ci Nemo se raidit et grogne. Jeelo fait de l’appel au jeu, mais rien ne semble apaiser Nemo. Jeelo tourne la tête et finit par se coucher à une bonne distance de Nemo, qui reprend alors le mâchouillage de sa corde.

D’après vous, qui est le « dominant » de la maison ? Jeelo, Nemo ou Louna ?

Dur dur n’est-ce pas de pouvoir répondre ?

Tout simplement parce que selon moi il n’y a pas de « dominant » !

Et si ce n’était finalement qu’une affaire de ressources ?

Vous l’aurez sans doute remarqué, dans cette petite histoire, chaque chien a ses « préférences » à un moment donné pour quelque chose de bien particulier.

Jeelo veut garder mon attention et l’accès à ma personne. Louna tient particulièrement à conserver le confort des lieux de couchage qu’elle choisit et ne partage pas sa nourriture.  Quant à Nemo, il lui est difficile de laisser ses jouets.

Par contre, vous aurez aussi noté que Louna ne bataille pas avec Jeelo pour avoir des caresses. Jeelo partage volontiers ses croquettes.

Ce qui est important pour Louna ne le sera pas pour Jeelo. De même, ce qui est prioritaire pour Jeelo ne le sera pas pour Nemo.

Chaque chien peut souhaiter garder l’accès ou le contrôle de ce qu’on appelle une ou des « ressources » quand cela lui apporte de la gratification (confort du chauffage et du canapé, satisfaction alimentaire, contacts etc.)

Les ressources peuvent être classées en différentes catégories, dont les plus courantes sont:

  • les ressources spatiales: canapé, fauteuil, panier, tapis, devant une porte etc.
  • les ressources alimentaires: croquettes, os à ronger, etc.
  • les ressources sociales: vous, votre mari, votre épouse, votre enfants, un autre chien etc.

L’accès et le contrôle de ces ressources peut changer au gré des interactions, ce n’est absolument pas inscrit dans le marbre.

Plusieurs paramètres peuvent faire changer la donne et l’accès à telle ou telle ressource: la motivation du chien, son caractère, son âge, son sexe, son statut reproducteur, … qui peuvent évoluer au cours du temps pour certains (castration, passage du stade chiot à adulte, vieillissement …).

Demain, il se peut très bien par exemple que Nemo, quand il aura changé de statut et sera alors adulte, s’il est particulièrement motivé par le coin du canapé au chaud, rentre en conflit avec Louna pour y avoir accès. Peut-être sera-t-il également plus enclin à défendre son souhait d’entrer en contact avec moi si Jeelo tente de lui bloquer l’accès… ou pas.

Pourquoi il est donc important de bien connaître ses chiens

Il y a de fortes chances que si j’essaie de déloger Louna du canapé, elle se raidisse, me grogne dessus voire me morde si j’insiste. Soit j’accepte que ce canapé qu’elle occupe est le « canapé des chiens », soit j’instaure quelques règles pour ne pas me retrouver dans cette situation de conflit avec elle.

De même si j’essaie de prendre le jouet de Nemo alors qu’il est en train de le mâchouiller. Soit je le laisse tranquille avec ses jouets, soit là aussi je mets en place quelques aménagements pour ne pas avoir à rentrer en conflit avec lui.

Enfin, si je ne structure pas mieux mon relationnel avec mes chiens, si je ne suis pas à l’initiative des échanges avec eux et donc que je laisse Jeelo gérer les interactions familiales (tant canines qu’humaines), il est possible que les situations conflictuelles augmentent.

Tout est affaire de communication et de respect des besoins de chaque chien, tout en mettant en place si besoin (et souvent c’est le cas) des aménagements, un cadre, des règles.

Quand on vit avec un ou des chiens qui sont particulièrement attachés à une ou des ressources dans certaines situations, il est selon moi indispensable que les règles mises en place soient cohérentes mais surtout constantes.

Il n’y a que dans ces conditions que les apprentissages seront compris et intégrés par le chien et surtout que le cadre imposé sera respecté.

Ai-je réussi à vous convaincre de ne plus associer le terme « dominance » au chien? Avez-vous un Jeelo, une Louna ou un Nemo à la maison?