L’adoption ou l’achat d’un chiot est un acte réfléchi et qui vous engage en moyenne pour les 10 à 15 prochaines années.

Cela mérite donc une réflexion approfondie de votre part.

Plusieurs choses à savoir :

1 # Si vous envisagez d’avoir un chiot, pensez que ses premiers mois de vie (jusqu’à ses 4 à 6 mois au moins) sont consacrés à apprendre les « bonnes manières » attendues de lui par sa famille humaine : propreté, gestion de la solitude, marche en laisse, socialisation, familiarisation…

Comme tout apprentissage, cela prend du temps, il y a des moments avec des hauts et des bas. Pour lui permettre de bien faire ses apprentissages, un chiot requiert beaucoup d’attention, de disponibilité et sa famille doit faire preuve de patience, patience, patience.

2 # Un chien, c’est un budget

  • Achat des accessoires de base à l’adoption du chiot

Jouets (oui avec un s, parce qu’il peut y avoir de la perte, il y aura aussi sans doute besoin de renouvellement à l’âge adulte), couchages, brosse, collier, laisse…

  • Achat de la nourriture pour votre chien

Croquettes, BARF, alimentation maison… peu importe. Votre chien ayant besoin d’être nourri tous les jours, cela aura forcément un coût, plus ou moins important selon le gabarit de votre chien, son âge, et le type de nourriture que vous lui donnerez.

  • Les frais vétérinaires

Le plus couramment, après les visites initiales pour votre chiot, vous aurez à régler une consultation annuelle pour la visite de contrôle de santé accompagnée des rappels de vaccins. Antiparasitaires (tous les mois) et vermifuges (tous les 3 à 6 mois) seront aussi indispensables à la bonne santé de votre chien. Les prix varient selon les vétérinaires.

Ca, c’est la base.

Mais il y a aussi les aléas vétérinaires, que vous ne pouvez pas anticiper, et plus ou moins fréquents.

Pour anecdote, mon chien Hélios a développé pendant un an des plaques rouges irritantes. Les vétérinaires n’ont pas vraiment su la cause de ces plaques, heureusement, elles ont cessé lorsque j’ai déménagé (je soupçonne que mon précédent logement, très humide, y était sans doute pour quelque chose). Bref, pendant un an, je dirais que j’ai presque tout essayé : biopsie (qui n’a rien détecté), crèmes, shampoings etc. J’en ai eu en moyenne pour 50 à 80 euros par mois.

Ces frais aléatoires peuvent vite grimper en fonction de la maladie développée par votre chien. Je ne souhaite pas que ce genre de choses arrive, mais bon, il est impossible de prévoir quoi que ce soit, alors pensez-y !

Vous pouvez éventuellement envisager d’assurer votre chien pour couvrir tout ou partie des frais vétérinaires.

 

3 # Un chien peut devenir une contrainte si vous partez en vacances

Mais aussi peut être lors des déplacements professionnels si vous êtes célibataire

Que ferez-vous de votre chien lors de ces périodes ?

Il n’est pas toujours facile d’emmener votre chien avec vous lors de vos vacances : plages interdites, hôtels ou campings refusant les chiens…

Alors, garde chez des amis, dans la famille ? Pension ?

Cela ne représente pas les mêmes contraintes et pas les mêmes coûts.

Pour donner un ordre d’idée, je paie pour mon chien Hélios 13 €/jour quand je l’emmène en pension.

Mettons que vous partiez une semaine en vacances, cela représente 8x13 = 104 € de frais de pension.

 

4 # Un chien a besoin de sortir régulièrement, salit et perd ses poils

Que ce soit juste pour une petite sortie et pour la promenade quotidienne (fortement recommandée), c’est :

  • Du temps à consacrer à pitou
  • Et ce quelles que soient les conditions météo

J’en parle également ici mais ça pourrait faire un point à part. Qui dit promenade dit parfois temps passé sous la pluie… donc un chien mouillé. Quand un chien mouillé rentre dans votre logement, il salit et parfois aussi ramène une forte odeur dans la maison. Si vous comptez trois à quatre sorties par jour, dans le jardin ou à l’extérieur, ça fait vite du nettoyage en plus.

Pensez également qu’un chien perd ses poils, de façon plus ou moins importante. Lors des périodes de mue, la perte de poils peut être importante et engendrer là encore du ménage supplémentaire.

 

5 # Un chien n’est pas fait pour rester seul

Un chien est un animal social, il n’est pas naturel pour lui de vivre seul. Alors ok, l’humain lui a appris à supporter la solitude, principalement pour pouvoir aller travailler, mais il ne faut pas pousser le bouchon !

Mettons que vous travaillez comme beaucoup de gens de 9h à 17h. La téléportation n’existant pas encore, vous avez disons entre 10 et 30 min de trajet (voiture, bus, métro etc.), et ceci aller-retour. Ce qui fait que si vous n’avez pas le temps de rentrer (et c’est le cas de beaucoup malheureusement), votre chien sera déjà resté tout seul entre 8h20 et 9h tout seul. C’est déjà beaucoup !

Soyons clair : après la journée de boulot, la solution de rentrer, sortir toutou, lui faire 2-3 papouilles puis ressortir aller boire un verre ou dîner avec des amis en laissant de nouveau votre chien à la maison n’en est pas une ! Et si vous bossez 10 à 12h par jour hors de chez vous, avoir un chien ne me paraît pas une bonne idée.

Je le répète : VOTRE CHIEN EST UN ANIMAL SOCIAL. Il a besoin de votre présence, de sorties, de dépenser son énergie, d’activités. Si vous ne pouvez pas le lui apporter, oubliez l’idée d’avoir un chien.

 

6 # Un chien doit être intégré dans les changements de votre vie : déménagement, arrivée de bébé…

Si tout va bien, un chien vit en moyenne de 10 à 15 ans. En 10-15 ans, il peut s’en passer des choses dans votre vie ! Mariage, déménagement(s), arrivée de bébé(s), changement d’emploi(s) etc.

Si vous envisagez d’avoir un chien, j’ose espérer que c’est pour le garder toute sa vie. Si vous projetez votre chien seulement dans une période de votre vie, celle que vous traversez actuellement, ça risque de coincer sur le long terme.

A partir du moment où vous faites le CHOIX d’avoir un chien, vous en prenez la RESPONSABILITE, vous vous ENGAGEZ à répondre à SES besoins toute sa vie de chien.

L’arrivée d’un nouveau compagnon dans votre vie, les déménagements, l’arrivée d’un bébé… sont des chamboulements importants dans votre vie, mais encore plus dans celle de votre chien, à qui vous IMPOSEZ ces changements. Il vous faudra là aussi sans doute faire preuve de patience et des efforts pour préparer et aider votre chien à s’adapter à ces changements.

 

7 # Un chien peut susciter des allergies

Quelqu’un de votre famille est-il allergique aux chiens ?

Et là vous vous dites: bon ben voilà elle nous a dégoûté d’avoir un chien… Et bien peut être que c’est tant mieux! Car si vous ne pensez pas à ces contraintes et que vous ne voyez que les bons côtés, pour moi vous ne partez pas du bon pied, car avoir un chien peut représenter autant un bonheur que parfois un challenge.

Si vous ne vous sentez pas capables de dépasser ces contraintes, alors avoir un chien n’est sans doute pas pour vous. Ce n’est pas grave! Au contraire, mieux vaut le réaliser AVANT plutôt qu’après avoir adopté!

Le but n’est pas de vivre le fait d’avoir un chien comme une contrainte, mais que votre chien soit un compagnon pleinement intégré à votre vie. Le but n’est pas qu’il fasse de votre vie un cauchemar, mais qu’il vous apporte du bonheur.

Alors bon, si les points précédemment évoqués vous paraissent difficiles à envisager, ne prenez pas de chien, ce n’est pas grave et c’est tant mieux, vous serez plus heureux!

 

Cet article vous inspire?

N’hésitez pas à me faire des commentaires, voire même à le partager autour de vous!

Epinglez-le sur Pinterest!