Le chien et le ou les enfant(s) de la famille peuvent développer une belle relation de complicité.

Joël Dehasse, vétérinaire coach en comportement animal, rappelle cependant dans son livre « tout sur la psychologie du chien » qu’ « il n’y a rien qui, génétiquement ou biologiquement, prédispose un chien à être l’ami d’un enfant. » C’est donc à vous de mettre en place les conditions favorables à une belle relation entre votre, vos enfant(s) et votre chiot.

Alors comment s’assurer qu’enfant comme chien puissent bien cohabiter ensemble, en leur assurant à chacun confort et sécurité?

Plusieurs facteurs favorisent une bonne cohabitation enfant-chiot.

  1. Votre chiot a été socialisé aux enfants à l’élevage et a un tempérament sociable
  2. Votre chiot n’a eu que des rencontres positives aves des enfants
  3. Votre chiot est en contrôle de ses mouvements et morsures
  4. Votre chiot n’est pas mis dans des conditions stressantes
  5. Vos enfants apprennent à gérer leur relation avec les chiens et cela dès le plus jeune âge

Ces cinq points constituent une situation idéale et favorable pour que votre chiot et vos enfants deviennent bons amis. Détaillons-les un peu plus…

Votre chiot a été socialisé aux enfants à l’élevage et a un tempérament sociable

Le chiot apprend que l’enfant fait partir des espèces « amies » dans ses premières semaines de vie. L’éleveur a un rôle important à jouer pour favoriser des contacts positifs avec des enfants d’âges différents pour favoriser l’habituation du chiot.

Comme le dit le Dr Thierry Bedossa dans son livre « Tout sur le toutou », « pour les chiens, il n’y a rien de commun entre un humain adulte et un enfant. Les odeurs sont différentes, la voix et la taille sont différentes, les manières de bouger aussi . »

Il est donc indispensable que l’éleveur ait pu provoquer des interactions avec des bonnes associations avec différents enfants pour habituer le chiot à ces mini-humains à deux ou quatre pattes…

Votre chiot a des rencontres positives avec des enfants

Bon alors dans l’idéal votre chiot a déjà rencontré des enfants quand il était encore avec sa mère à l’élevage. Que ce soit le cas ou pas, il vous appartient de créer et/ou d’entretenir des rencontres positives avec des enfants de 1, 4, 6, 12 ans…. Pour poursuivre la socialisation de votre chiot.

La période des 2 à 4 mois est une période critique dans les apprentissages de votre chiot. Il doit y faire des rencontres de qualité, positives pour favoriser et construire ses capacités d’adaptation.

Toute rencontre négative avec un enfant durant cette période peut avoir un effet néfaste sur la cohabitation chiot-enfant. Il est important que les rencontres, que ce soit avec vos enfants ou d’autres, se passent bien, dans la sécurité et le respect des besoins de chacun, que ce soit du chien ou de l’enfant.

Votre chiot est en contrôle de ses mouvements et morsures

Le chiot apprend à contrôler et arrêter sa morsure à l’élevage au travers des interactions avec sa fratrie, sa mère voire les autres chiens présents. Au cours des jeux ou des combats avec ses frères et sœurs, si un chiot mord trop fort un autre, le chiot mordu hurle sa douleur et la mère intervient pour réprimander le mordeur.

Il est donc très important là encore quand vous étudiez les élevages, de bien observer les conditions d’élevage pour faire le bon choix de l’élevage de votre futur chiot.

Votre chiot n’est pas mis dans des conditions stressantes

Quelques situations qui peuvent être stressantes pour votre chiot

  • Le chiot est attaché dans le jardin et plusieurs enfants courent, font du vélo, de la trottinette, crient voire hurlent autour de lui ; ils gesticulent beaucoup et font beaucoup de bruit (des enfants qui s’amusent quoi !)
  • Le chiot est dans son panier en train de dormir ou de se reposer quand soudain une main se pose sur lui, un enfant vient le serrer dans ses bras, lui fait un bisou (pour dire bonne nuit ou au revoir par exemple)
  • Le chiot est en train de jouer quand l’enfant tente de le lui retirer

Les bébés qui déambulent à quatre pattes peuvent trouver les jouets du chien captivants à attraper. ou bien le chiot a pris une des peluches de l’enfant et ce dernier vient la récupérer…

  • Le chiot est en train de manger quand l’enfant vient jouer dans sa gamelle
  • Le chiot est étendu sur le tapis du salon et l’enfant vient le serrer dans ses bras, lui tirer les poils, les oreilles, le chevaucher, se coucher sur lui
  • L’enfant vient voir le chiot couché, se place au niveau de sa truffe en face de lui et le fixe

Je pense qu’il y en a d’autres mais bon, là dans mon moment d’inspiration, voilà celles qui me viennent en tête…

Est-ce que ces situations vous paraissent sécurisées pour l’enfant comme pour le chiot ? Eh bien non, chacune de ces situations a un potentiel explosif.

Beaucoup de chiens n’aiment pas être serrés dans les bras ni être la cible de bisous. Selon les situations, notamment si le chien n’est pas à l’aise avec la personne en face de lui, le fixer du regard peut l’inquiéter (vous pouvez regarder cet article de Sharpei Attitude si vous voulez en savoir plus).

Dites vous aussi que ce n’est pas parce que le chien semble tolérer une ou plusieurs fois le genre de situations précédemment exposées qu’il « aime » les subir ou que ça ne le dérange pas. Peut-être a-t-il émis des signaux d’apaisement que vous n’avez pas repérés (voir plus loin).

Et si votre chien grogne ? Ok en présence d’enfants ça fait peur, mais en même temps avec ce grognement au moins le chien exprime son inconfort, demande une mise à distance, alors écoutez le ! Ne le punissez pas quand il s’exprime, au risque que la prochaine fois, il passe directement à la morsure !

Mais si votre chien grogne, c’est que la situation est sans doute allée déjà trop loin, votre chien aura sans doute déjà manifesté des signaux d’inconfort (même subtils) que vous n’avez pas vu (parfois ce n’est pas facile de les repérer parce que c’est très court).

Comment identifier l’inconfort, le besoin d’espace du chien ?

Vous devez être vigilants sur les signaux de communication non-verbaux de votre chien. Ces signes notamment peuvent être préalables à grognement et/ou morsure :

  • Léchage de babines
  • Détournement, tournement de la tête à l’opposé de l’enfant ou de vous, détournement du regard
  • Blanc des yeux visibles
  • Chien qui trépigne, piétine sur place
  • Recherche de contact visuel avec un humain adulte
  • Baîllement
  • Corps tendu à l’extrême
  • Muscles de la tête figés, rigides

Si votre chien présente plusieurs de ces signaux, alerte ! Faites cesser l’interaction ou l’approche,  mettez de la distance !

Dans le feu de l’action, il n’est pas forcément évident de repérer les signaux de votre chien. Essayez donc de travailler votre sens de l’observation pour développer un œil aguerri avec votre animal.

 

Les aménagements à effectuer pour anticiper des situations anxiogènes

  • Ne jamais laisser un enfant interagir avec un chien sans supervision d’un adulte. Globalement un enfant ne doit jamais être seul avec un chien sans la surveillance d’un adulte!
  • Eviter les interactions dans des espaces confinés. Exemple : vous êtes sur le canapé avec votre enfant et votre chiot est « coincé » entre le canapé et la table basse.
  • Ne jamais forcer le contact entre votre chien et votre enfant
  • Interdire la chambre des enfants au chien
  • Garder le chien et les enfants séparés lors des déjeuners pour éviter les « vols » de nourriture
  • Pour les très jeunes enfants, éviter les contacts directs avec le chien, à moins que vous surveilliez de façon très stricte ce qui se passe.

Vos enfants apprennent à gérer leur relation avec les chiens et cela dès le plus jeune âge

Selon Joël Dehasse (tout sur la psychologie du chien), le développement psychologique de l’enfance influence ses réactions face au chien et ses relations avec lui.

A priori, avant 3 ans, un enfant comprend mal le langage corporel et vocal du chien.

L’enfant respecte peu le chien jusqu’à l’âge de 6 ans ; il réfléchit mieux et contrôle son impulsivité émotionnelle après 12 ans, ce qui permet de mieux entrer avec le chien dans une relation respectueuse.

De ce fait, il est préférable d’éviter de laisser votre chiot sans surveillance avec des enfants de moins de 12 ans.

 

Quelques petites habitudes à prendre pour votre enfant avec le chiot de la maison

  • Inviter le chien à lui et ne pas aller vers le chien. Si le chien ne répond pas, détourne la tête, ne pas insister et laisser tomber (c’est qu’il ne veut pas l’interaction pour le moment, réessayer plus tard)
  • Quand le chien accepte de venir, lui faire une caresse sur le cou ou le dos avec une main, sans le serrer dans ses bras ni faire de bisou, calmement
  • Laisser le chien tranquille quand il dort et même quand il se repose, quel que soit l’endroit de repos (tapis, canapé, lit, panier de couchage etc.)

On pourrait croire que ces recommandations sont particulièrement valables pour les chiens de grands gabarits mais il n’en est rien. Un chien est un chien, petit ou grand, chaque animal a ses propres limites, ses besoins d’espace et de confort. A nous de les respecter pour que la cohabitation familiale se passe bien et laisse éventuellement la place à une belle complicité entre le chien et l’ensemble des membres de la famille, y compris les enfants.