L’apprentissage de la solitude du chiot

L’apprentissage de la solitude du chiot

Apprendre à votre chiot à rester seul est incontournable pour que vous puissiez le laisser sereinement quand vous allez au travail ou quand vous êtes absent de chez vous, pour quelque raison que ce soit. Apprendre à votre chiot à rester seul, cela fait partie de son éducation, pour une cohabitation complice mais apaisée, où votre chiot ne redoutera pas la séparation et l’isolement.

L’attachement est tout à fait normal chez le chiot

Votre chiot s’attache à sa mère à l’élevage lorsqu’il commence à l’entendre et la voir.

Sa présence et le calme qu’elle procure sécurisent le chiot. Cela lui permet d’explorer le monde autour de lui, souvent par des va-et-vient entre sa mère et son environnement, de s’y familiariser.

Lorsque les dents de lait du chiot apparaissent, la mère l’écarte lui et sa fratrie de ses mamelles (ben oui ça lui fait mal !) ou s’éloigne. Même si la mère reste l’être sécurisant, le chiot apprend alors à s’attacher à d’autres, comme ses frères et sœurs, d’autres chiens de la famille, les éleveurs… Par contre, le détachement ne peut qu’être perturbé quand la mère ne fait pas ce travail d’éloignement ou que les chiots sont retirés de leur mère trop tôt.

Quand vous accueillez votre chiot chez vous, il perd tous ses repères, le détachement de sa mère, sa fratrie, ses éleveurs est assez brutal. En même temps qu’il s’ajuste à son nouveau milieu de vie, il créé alors un nouvel attachement avec vous et votre famille et vous suivra naturellement partout.

Vous devenez sa nouvelle base sécurisante, qui lui permettra de continuer d’explorer sereinement toutes les nouveautés qui se présenteront à lui et construire ainsi petit à petit ses capacités d’adaptation.

Vous l’aurez compris, l’attachement est indispensable au chiot pour lui permettre de se socialiser, apprendre et se développer.

Malgré tout, il vous appartient de poursuivre le travail de détachement débuté par la mère de votre chiot. Il est indispensable de lui apprendre dès que possible mais progressivement à gérer sereinement sa solitude, au risque que certaines situations quotidiennes d’absence deviennent difficiles voire que votre chiot développe des troubles d’anxiété liés à votre séparation.

chiot bouledogue endormi dans les bras d'une femme

De l’importance d’apprendre à votre chiot à rester seul tranquillement

Le chiot qui subit la solitude sans y avoir jamais été habitué vocalise sa détresse par des aboiements ou des hurlements aigus. Non seulement cela peut être gênant pour vous (moi ça me déchirait le cœur au moment de l’apprentissage d’Hélios chiot) mais cela représente une nuisance pour vos voisins, qui risquent de mal supporter cette situation et ces vocalises.

Certains chiots manifestent également leur détresse par des activités auto-centrées de léchages importants, des atteintes à l’environnement (grattages de portes, mâchonnement d’objets vous appartenant etc.).

Dans la mesure du possible, prévenez vos voisins de l’acquisition de votre chiot, ils seront peut-être plus à même d’être patients s’ils ont été mis au courant de la situation.

Et surtout, commencez rapidement à habituer votre chiot à la solitude!

chiot endormi à côté d'une paire de chaussures

Comment procéder dans l’apprentissage de la solitude du chiot

Apprentissages du chiot la maison

Avant même d’être absent de la maison, il est indispensable de travailler le détachement et la prise de distance à la maison.

Ne répondez pas aux demandes d’attention, de jeu, de contact de votre chiot. C’est vous qui devez être à l’initiative des interactions avec lui, en l’appelant à vous.

Profitez des plages de sommeil encore longues de votre chiot pour vaquer à vos occupations chez vous. Laissez-le seul quelques minutes dans son espace de vie puis augmentez peu à peu le temps où il est seul pendant que vous êtes dans une autre pièce.

Quand vous circulez chez vous, fermez les portes derrière vous. Que ce soit quand vous allez à la salle de bain, aux toilettes, dans le garage, déposer un sac dans une poubelle etc.

Attitude à adopter vis-à-vis de votre chiot lors de vos départs

La durée des absences et donc le temps où votre chiot est laissé seul ne peut qu’être progressif. Commencez par des petites sorties de 5 min (par exemple aller acheter le pain, emmener ses bocaux de verre au tri etc.) et augmentez petit à petit la durée de votre absence.

Ne manifestez pas d’attention à votre chiot avant votre départ : ne le regardez pas, ne lui parlez pas, ne le touchez pas.

Ne culpabilisez pas de laisser votre chiot seul ; c’est un cap un peu difficile à passer, certes, mais c’est pour le bien-être de votre chiot et du vôtre ! Si vous êtes nerveux au moment de partir, cela risque de se traduire au niveau de votre comportement : va-et-vient, regards furtifs vers votre chiot, etc. Votre chiot pourrait le sentir, au risque de créer une situation anxiogène…

Si vous restez derrière la porte d’entrée pendant cinq minutes après votre départ et que vous n’entendez rien, n’en tirez pas de conclusion hâtive. Cela ne veut pas dire que votre chiot ne va pas aboyer et hurler le reste de la journée.

Pour ma part, j’ai trouvé difficile de vraiment savoir si mon chiot était tranquille pendant mes absences. Pour mesurer un peu l’évolution dans les apprentissages, j’installais et mettais en marche un dictaphone au moment de mon départ. La vidéo peut être intéressante aussi…

Comportement avec votre chiot lors de vos retours

De la même façon qu’à votre départ, votre retour doit être un maximum banalisé. Ne manifestez pas d’attention à votre chiot (même s’il y a eu des dégâts en votre absence). Je le répète, ne lui parlez pas, ne le regardez pas et ne le touchez pas. Et surtout, pas d’effusion de joie ou à l’inverse de manifestation d’agacement ! Banalisation et neutralité !

L’apprentissage de la solitude se fait généralement en même temps que l’apprentissage de la propreté du chiot. S’il y a eu déjections en votre absence, nettoyez hors de la présence et de la vue du chiot.

Si vous accueillez votre chiot pendant vos congés (je suis pour !), il est impératif de démarrer l’habituation à la solitude rapidement, c’est même le moment parfait pour le faire ! Imaginez sinon la difficulté pour votre chiot: il a été couvert d’attentions chaque jour depuis qu’il est là et voilà que tout à coup du jour au lendemain il se retrouve complètement seul.

Prévenir l’anxiété de séparation du chiot ou jeune chien

Si l’apprentissage de la solitude du chiot s’est bien déroulée, à la puberté votre jeune chien devient autonome et supporte la solitude temporaire sans difficulté. Par contre, si le jeune chien est dans une situation de dépendance avec vous, il y a risque d’hyperattachement avec anxiété de séparation.

Le Dr Joël Dehasse décrit dans son livre « Tout sur la psychologie du chien » (2009) les signes de détresse généralement présentés lors de la séparation d’avec une figure majeure d’attachement:

  • Signes de stress: agitation, grattage des issues, tentatives d’échappement; vocalises aigües, pleurs; miction et/ou défécation par peur ; léchage du corps et alopécie (chute de poils) ; inhibition des activités (refuse de manger et de boire)
  • Signes d’hyperattachement: comportement « collant », exploration en étoile sans jamais s’éloigner beaucoup des figures d’attachement, hypervigilance et signes de détresse au départ des figures d’attachement, signes excessifs d’accueil au retour des figures d’attachement
  • Signes de comportements infantiles: communication avec chiens et gens par des postures basses, des comportements infantiles de mordillements, des appels au jeux fréquents; abondance de postures basses et de signes d’apaisement ; maturation sexuelle tardive et en cas d’excitation sexuelle, appels au jeu à la place de tentatives de copulation.

Ce n’est que mon avis personnel, mais je pense que certains chiens ont une personnalité dépendante: même si vous avez fait le maximum pour apprendre à votre chiot à rester seul (et ça peut fonctionner mais punaise il ne faut jamais relâcher l’apprentissage!), le détachement et l’autonomie demeurent compliqués.  En plus de ce qui a été présenté précédemment, occuper votre chiot avec des activités d’exploration et de mâchonnement pendant votre absence sera très utile pour l’apprentissage de la solitude: par exemple, lui laisser un kong fourré, l’inciter à aller chercher ses croquettes dans un tapis de fouille (« snuffle mat »)…

N’hésitez pas aussi à demander conseil à votre vétérinaire, qui pourra vous prescrire des médicaments pour soulager la détresse de votre animal et ainsi vous accompagner dans l’apprentissage du détachement de votre jeune chien.

N’oubliez pas que le chien est un animal social. Le laisser seul plusieurs heures dans la journée est difficile pour lui, essayez de trouver un équilibre dans vos absences. Si c’est pour le laisser 10 à 12heures par jour seul, ce n’est pas la peine de prendre un chien. Et si vous pouvez lui faciliter vos absences, encore mieux ! Un petit kong fourré pour l’occuper, un bruit de fond avec la télé ou la radio, un break le midi pour une petite sortie…

chien qui regarde par la fenêtre
Le coup de chaleur chez le chien

Le coup de chaleur chez le chien

Le coup de chaleur du chien, qu’est-ce que c’est

Le coup de chaleur chez le chien correspond à une augmentation sévère et brutale de la température du chien, suite à un effort physique important ou lorsque le chien est laissé enfermé dans un milieu mal ventilé (ex : voiture), dans un environnement très chaud et/ou humide.

Normalement la température corporelle du chien est en moyenne de 38,5°C, disons entre 38° et 39°C. En cas de coup de chaleur, la température du chien peut aller au-delà de 40,5°C !

L’augmentation brutale de température au sein de l’organisme de l’animal a de nombreuses répercussions, notamment sur le fonctionnement des principaux organes. Le coup de chaleur constitue une urgence vitale, car il peut engendrer des effets secondaires graves, voire mortels.

Quand les températures augmentent, le chien transpire peu et sa respiration s’accélère

Le chien n’a que très peu de glandes sudoripares, ces glandes situées sous la peau qui secrètent la sueur. Les seules qu’il a sont situées sous ses pattes entre ses coussinets.

Du coup, le chien ne sue que très peu et ne peut donc pas réguler sa température corporelle grâce à la transpiration, au contraire de l’humain. Comment fait-il alors quand il a chaud ?

Avez-vous remarqué comme le chien a la gueule ouverte et respire plus vite quand il a fait de l’exercice ou qu’il est stressé ? C’est par la respiration, l’halètement, qu’il peut réguler sa température.

Quand il expire, il rejette de l’air chaud et quand il inspire, il capte (normalement) de l’air plus froid, ce qui lui permet de refroidir sa température et retrouver son équilibre.

Seulement voilà, quand l’air ambiant est très chaud et/ou que le chien a des difficultés respiratoires, il peut moins bien réguler sa température… le coup de chaleur si l’animal est confiné ou s’il fait un effort physique est alors vite arrivé !

Les symptômes du coup de chaleur du chien

Les symptômes du coup de chaleur chez le chien et le chat sont directement liés à l’augmentation de la température du corps et aux problèmes de circulation sanguine qui en résultent. On observera les symptômes suivants :

  • Le halètement apparaît toujours lorsque la température augmente mais dans ce cas il est très marqué car la fréquence respiratoire augmente fortement
  • Une forte salivation ou une gueule qui mousse. Ceci va augmenter la déshydratation par perte d’eau.
  • L’agitation se met en place, l’animal n’est pas confortable
  • Difficultés motrices et baisse de vigilance
  • Les muqueuses (babines, truffe, gencives,…) deviennent bleues/violacées car il n’y a plus assez d’oxygène dans le sang
  • Ensuite abattement et prostration, avec éventuellement des convulsions.

(Conseils-veto.com)

 

Certains chiens, et notamment les jeunes chiots, sont plus à risque de faire un coup de chaleur :

  • Comme je viens de le dire, les jeunes chiens
  • Les chiens âgés
  • Les races de chien à « nez écrasé »: les races brachycéphales type shit-tzu, carlin, bouledogue, pékinois etc.
  • Les chiens obèses,
  • Les chiens malades : affections respiratoires, cardiaques, cérébrales…
chiot bouledogue au soleil

Comment prévenir au mieux le coup de chaleur de votre chiot

Lors de longues promenades, apportez avec vous une bouteille d’eau fraîche et un bol ou une gourde pour chien.

S’il fait vraiment chaud, promenez plutôt votre chiot aux heures les moins chaudes de la journée, le matin et le soir. Personnellement j’aime bien promener Hélios aux premières heures du jour ou aux dernières du soir, c’est calme, plus frais (j’apprécie aussi ;-)) et l’atmosphère est différente, avec généralement de belles couleurs de paysage. Laissez votre chiot faire une pause au besoin dans des zones ombragées. Ne soyez pas surpris s’il se met à creuser des trous au cours des promenades ou chez vous et à s’y coucher: c’est un moyen pour lui de se rafraîchir, la terre étant humide et fraîche. Quand le soleil tape, limitez les activités du chiot (pas de jeu). Soyez vigilant lors de rencontres entre chiens: les courses-poursuites peuvent amener votre chien à surchauffer.

Assurez vous que votre chiot ait toujours de l’eau bien fraîche à sa disposition et renouvelez la régulièrement.

Ne laissez jamais votre chiot seul sans surveillance dans une voiture par temps chaud ou caniculaire (même si les fenêtres sont ouvertes et même si la voiture est à l’ombre).  Lors de trajets en voiture par temps chaud, gardez la caisse de transport de votre chiot bien aérée. Ouvrez les fenêtres pour favoriser la circulation de l’air si vous n’avez pas de climatisation. Si vous en avez, faites la tourner. Pensez à emmener de l’eau fraîche. En cas de longs trajets, faites des pauses régulières toutes les deux heures au moins pour faire boire votre chiot et lui dégourdir les pattes, dans un endroit ombragé de préférence.

Il existe également des manteaux rafraîchissants pour maintenir votre animal au frais. Vous pouvez aussi proposer à votre chiot une petite piscine (non chlorée) pour qu’il puisse s’y rafraîchir.

Comment réagir en cas de coup de chaleur de votre chiot

Mettez votre chiot dans un endroit frais, APPELEZ UN VETERINAIRE de toute urgence et suivez ses consignes.

Si vous êtes chez vous, prenez la température de votre chiot et communiquez-la au vétérinaire.

Il peut vous être recommandé de :

  • Rafraîchir très progressivement votre chien entièrement pour faire baisser sa température. Bien le faire progressivement pour éviter le choc thermique. Evitez donc de mettre votre chien dans de l’eau très froide et n’utilisez pas de glace.
  • Proposer de l’eau fraîche à votre chiot, sans chercher à le forcer à boire. Laissez le aller à son rythme.

Gardez bien votre chiot sous surveillance.

Présentez votre chiot à votre vétérinaire afin qu’il évalue l’état de votre animal, la nécessité de l’hospitaliser ou non et les risques de séquelles.

Vous voyez un chien enfermé dans une voiture en pleine canicule et vous ne savez pas comment réagir ? Lisez ici l’article « Loi : que faire si on trouve un chien dans une voiture en plein soleil » de la Fondation Assistance aux Animaux.

Le coup de chaleur peut survenir très vite, prenez quelques précautions!

infographie prévention coup de chaleur
L’adolescence du chien, une période critique

L’adolescence du chien, une période critique

Je suis la première à recommander à tout nouveau propriétaire de chiot de le socialiser dès que possible pour en faire un chien bien dans ses pattounes. Mais la période de socialisation n’est pas la seule période critique pour votre chien. L’adolescence est aussi une période sensible dans le développement, notamment comportemental de votre animal.

La socialisation, petit rappel

Lorsque votre chiot arrive chez vous dans sa nouvelle maison, tout ce qu’il a appris lui vient de son lieu d’élevage. Normalement l’éleveur  a commencé à familiariser le chiot à ce qu’il rencontrera dans son quotidien avec vous. Différents bruits (aspirateur, camion pompier, bruit de la circulation etc.), d’autres animaux (chats, chevaux, vaches etc.), différents types d’humains (personnes âgées, enfants en bas âge, etc.) et bien d’autres choses encore. Lorsque le chiot arrive chez vous, vous aurez à poursuivre ou démarrer si ça n’a pas déjà été fait cette socialisation à différents stimuli de la vie quotidienne à vos côtés.

Il est considéré que la période de 2 à 3 mois est une période critique (aussi dite sensible) pour les apprentissages du chiot. Plus le chiot aura vécu des expériences positives et variées, plus il devrait développer ses capacités d’adaptation.

Je me permets déjà ici de souligner un point important: ce n’est pas tant la multiplicité des expériences effectuées que la qualité de ces expériences pour le chiot qui compte le plus. Si votre chiot rencontre plein de chiens, mais que ces rencontres ne sont pas bien préparées, qu’elles se passent mal ou que le chiot est forcé dans les rencontres, selon moi l’apprentissage n’aura pas été un succès.

Une fois la période de socialisation passée, plutôt riche et intense, le soulagement arrive. Ca y est, le job le plus important est fait, la préparation du chien pour en faire un toutou bien équilibré est faite, le plus dur est passé! Désolée de vous décevoir, mais que nenni!

Il n’y a pas une seule période critique dans la vie de votre chien

La période des 2 à 3 mois est une période critique pour les apprentissages de votre chiot, certes. Mais ce n’est pas la seule.

Votre chiot a 6 mois et tout à coup vous ne le reconnaissez plus? Vous avez l’impression d’avoir un différent chien? Mouahaha, ca y est, votre chien rentre sans doute dans sa période d’adolescence!

La période de l’adolescence (de 5 à 18 mois selon les races) est aussi une période critique pour le développement de votre chiot et par voie de conséquence pour vous aussi.

Que se passe-t-il lors de l’adolescence du chien?

Après avoir passé ces derniers mois à forger une belle relation de complicité avec votre animal, voilà que votre chien se met à adopter des comportements qui vous dérangent, voire qui vous interpellent. Votre chien ne répond plus aux ordres de base qu’il avait pourtant super bien intégrés plus jeune, il ne répond plus au rappel… Des nouvelles peurs apparaissent, de nouveaux comportements, que vous pouvez considérer gênants, semblent arriver de nulle part (aboiements intempestifs, , fugue, tire en laisse, grogne sur les personnes inconnues etc.). Chez certains chiens, il peut sembler que la capacité d’attention et de concentration est réduite. Petite précision toutefois, tous les chiens ne passent pas par une période difficile lors de l’adolescence!

Pourquoi?

La période de l’adolescence correspond à l’évolution du statut hormonal de votre animal, qui n’est plus chiot, donc immature, mais pas tout à fait adulte non plus.  C’est aussi la période des premières chaleurs pour la femelle.

Un peu comme chez les adolescents humains, les hormones en ébullition provoquent chez le chien des changements qu’il va plus ou moins savoir gérer.

Certains chiens de moyen et grand gabarit se font aussi en quelque sorte dépasser parfois par leur développement physique. Il leur faut gérer un corps de gabarit pour certains imposant alors que la maturité cognitive est parfois encore plutôt celle d’un chiot… Pas évident aussi bien pour le chien que pour le propriétaire! Sans compter que l’adolescence peut susciter chez certains chiens une plus grande énergie!

Je pense à cette femelle dogue allemand en pleine adolescence que j’avais croisée en forêt. Elle dépassait en gabarit la majorité des chiens croisés en promenade. Mais dans ce grand corps qui avait quand même poussé bien vite se trouvait encore une bien jeune chienne avec toute l’énergie, le dynamisme, la fougue qui vont avec… Une chienne adorable mais qui ne sachant pas vraiment bien comment se contenir, devenait involontairement un peu « brutos » lors des rencontres avec d’autres chiens. »

Lors de l’adolescence, vous pouvez aussi penser que votre chien vous teste, vous ignore, quand vous l’appelez. Disons plutôt qu’il est globalement distrait. Rien de très scientifique dans ce que je vais dire mais pour moi c’est un peu comme si chaque stimulation extérieur est vécue puissance 10 et le rend hermétique à toute sollicitation de votre part. N’y voyez rien de volontaire (le chien ne se dit pas « haha! tiens je vais les emm***! »).

Que faire lors de cette période canine sensible?

Entretenir la socialisation du chiot, un impératif

Entretenez la socialisation de votre chiot. Comme vous l’aviez fait à ses 2 mois, emmenez promener votre chien adolescent dans différents lieux, faites le croiser des personnes variées, rencontrez d’autres congénères etc. Toujours en lui faisant vivre des expériences positives! Cette période étant souvent marquée par l’apparition de peurs, soyez vigilant mais surtout ne forcez pas votre chien. S’il ne souhaite pas approcher une personne, ne le forcez pas. S’il n’est pas à l’aise en centre ville, ne l’immergez pas.  Mais attention, ce n’est pas une raison pour autant d’ ignorer ces difficultés! Ces problématiques ne se résorberont pas comme par magie!

Notez les éventuels peurs et/ou difficultés rencontrées avec votre chien dans un petit carnet de façon détaillée et bien contextualisée. Cela vous facilitera la tâche pour travailler à les faire diminuer voire les éteindre par la suite, en solo ou avec l’aide d’un professionnel.

Pour les chiots de moyens à grand gabarit, soyez vigilant lors des rencontres avec les personnes âgées et les enfants; comme je le disais plus haut, certains chiots sont plus dynamiques lors de l’adolescence et pourraient être un peu plus turbulents et un brin « bourrins » dans leur approche.

Reprenez les apprentissages effectués chiot

Si nécessaire, ré-apprenez à votre chiot les ordres de base : assis, couché etc.

Pour la marche en laisse, n’hésitez pas à acquérir un harnais anti-traction. C’est un très bon soutien pour l’apprentissage de la marche en laisse. Cela évitera que votre chien, surtout s’il est d’un gabarit imposant, ne vous embarque en promenade.

Continuez et allongez la durée des promenades canines

Faites profiter à votre chien au minimum d’une balade quotidienne de 30 min. Si vous souhaitez le lâcher en liberté, assurez-vous que votre adolescent répond bien quand vous l’appelez. Sortir votre chien dans le jardin ne constitue pas une promenade! Une sortie à l’extérieur constitue une occasion de rencontrer d’autres chiens, de flairer chaque jour différentes odeurs, d’avoir des stimuli auditifs et visuels variés… Pour votre chien, c’est une belle dépense d’énergie qui contribue à son équilibre!

Récompensez les bons comportements et ne punissez pas

Soyez patient, cohérent

Si votre chien ne répond pas à votre demande, évitez dans la mesure du possible de vous énerver. Demandez vous plutôt pourquoi votre chien n’a pas répondu: est-ce que son attention était retenue par autre chose? L’exercice pratiqué est-il trop long? Avez-vous été suffisamment clair dans votre demande? Plus vous saurez identifier pourquoi ça n’a pas fonctionné, mieux vous pourrez proposer à votre chien des conditions plus favorables à son obéissance.

Continuez de donner un cadre à votre chien au quotidien

Soyez la base sécurisante de votre chien, son guide! Soyez constant!

N’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour vous accompagner dans cette période critique

Il n’est parfois pas facile de savoir quoi faire et comment procéder pour gérer au mieux cette période de puberté de votre chien et résoudre au mieux les difficultés de cohabitation qui se présentent. Le professionnel peut être d’un grand soutien pour vous permettre de passer sans encombre cette période critique.

Et vous, comment ça se passe avec votre chiot ado?

adolescence du chien

Comment choisir les jouets de votre chiot

Comment choisir les jouets de votre chiot

Les magasins pour animaux proposent une multitude de jouets et jeux pour les chiens. Parmi toute cette variété, comment choisir les jouets de votre chiot? Perso, je trouve qu’il y a de quoi galérer, pas facile de savoir quoi prendre, quoi privilégier.

D’autant plus que les jouets sont incontournables dans les accessoires à prévoir pour votre chiot. Voir à ce sujet l’article Checklist accessoires chiot

Voici selon moi les différentes catégories de jouets pour les chiots et ce que j’en pense.

LES JEUX POUR INTERAGIR AVEC VOUS, SON HUMAIN

  • La balle

Evitez les balles de tennis courantes pour les humains, le revêtement de la balle peut être toxique pour votre chien. Privilégiez des balles conçues spécialement pour les chiens, vous en avez de différentes tailles et formes en commerces pour animaux. Choisissez une taille de balle adaptée au gabarit de votre chiot.

Si vous utilisez ces jouets pour jouer avec votre chien à lancer/rapporter, je vous recommande d’acheter deux sets du jouet que vous aurez choisi.

Par exemple, au lieu d’acheter une seule balle, achetez en deux identiques. Quand vous lancez la première balle, votre chien courra la récupérer. Généralement, sauf s’il est entraîné à le faire, un chien ne redonnera pas facilement « sa » balle . Certains chiens sont très protecteurs de leur jouet surtout dans ce type de jeu. Pour éviter d’aller à la confrontation et passer du temps à courir après votre chien, vous pouvez à ce moment là lui lancer la deuxième balle. Pendant qu’il ira la chercher, vous pourrez alors récupérer la première balle et continuer de jouer comme ça tranquillement avec lui. (ou vous pouvez aussi apprendre à votre chien à « laisser » sa balle quand vous la lui demandez, mais je trouve ma solution plus fun et moins contraignante)

  • Le ballon

Ca peut paraître évident mais bon je l’écris quand même… Ne faites pas du lancer de ballon de type ballon de basket avec votre chiot. Un ballon bien gonflé de ce type est lourd, rebondit et pourrait blesser votre animal.

Certains ballons pour humains, quand ils atteignent on va dire un usage avancé et sont dégonflés, sont reconvertis en jouet pour chien. Pourquoi pas à condition qu’il n’y ait pas de risque que le ballon éclate sous la pression des crocs du chien ni que ce dernier ingère des morceaux du revêtement du ballon, généralement toxiques…

  • Le frisbee

Le lancer de frisbee n’est pas un jeu adapté aux chiots. En effet, ce jeu nécessite que le chien saute pour réceptionner le frisbee et n’est donc pas adapté aux jeunes chiens. Si ce jeu vous intéresse, patientez que votre chiot ait fini sa croissance.

Hum je dirais que le jouet frisbee est aussi sympa pour qui sait s’en servir. Déjà il faut savoir lancer un frisbee et avoir de la place (parce que le frisbee qui part chez les voisins c’est quand même assez moyen). Ce jeu nécessite également d’entraîner votre chien à attraper le frisbee au vol car ce n’est pas instinctif (après tout c’est quand même la beauté de ce jeu non ? Voir son chien sauter pour le choper en plein vol est un petit spectacle en soit).

  • Le bâton

Evitez les bâtons de bois trouvés en forêt ou sur votre promenade. Si le bâton se loge en travers de la mâchoire de votre chien, cela peut faire des dégâts. Sans compter que certains chiens mangent le bois du bâton qui s’effrite, ce n’est pas terrible…

Là aussi il existe des jouets en forme de bâtons dans les commerces pour animaux. Et comme pour les balles, achetez les par deux pour jouer à lancer/rapporter avec votre chiot, ce sera plus facile.

Bon après certains chiens adorent récupérer eux-mêmes des branches d’arbres et les transporter pendant la balade… Ca peut donner des situations assez comiques. Bon là, laissez les faire après tout si ça les éclate de transporter leur trouvaille.

  • La corde

A mon avis, le jeu de tir à la corde est à éviter avant que votre chiot n’ait toute sa dentition d’adulte (vers l’âge de 7 mois).

J’avoue, j’ai un sentiment mitigé par rapport au jeu du tir à la corde. Bien mené et encadré, il peut permettre au chien d’acquérir des auto-contrôles. Par contre, tirer pour tirer peut être néfaste: montée en excitation, mordillements, pincements…

Quelques recommandations pour bien encadrer ce jeu:

  • apprendre à votre chien à prendre le jouet sur demande mais aussi à laisser/donner le jouet sur demande: c’est un préalable indispensable pour gérer l’excitation de votre chien et lui permettre au cours du jeu si besoin de se calmer avant de reprendre le jeu
  • prendre des cordes assez longues pour avoir une certaine distance entre votre main et la mâchoire de votre chien
  • orienter le tirage de la corde de droite à gauche ou de gauche à droite et non pas de haut en bas ou de bas en haut. Tirer à la verticale risque de blesser le cou et la colonne vertébrale de votre chien.
  • Ne pas faire décoller le chien du sol

La corde reste cependant un jouet que le chiot peut aussi apprécier de mordiller en solo. Une des activités favorites d’un des chiens de mon entourage est de lancer son jouet en l’air et de le récupérer ensuite pour le mordiller.

LES JEUX POUR COMBLER LES BESOINS DE MACHOUILLER

  • La peluche

Bon alors les peluches ce n’est pas trop mon truc… Je sais, je sais, ça fait un doudou pour le chiot, ça n’abîme pas ses dents… mais je n’accroche pas.

Je trouve que ce jouet se salit très vite (et si en plus le chien emmène ce jouet dehors…).

Pour les chiens aux forts besoins de mastication, la peluche peut ne pas faire long feu.

Quand vous avez des enfants, le risque est que votre chien ne distingue pas sa peluche de celles de vos enfants.

Bon alors après si vous ça vous dirait bien d’offrir une peluche à votre chiot quand même… Parfois vous pouvez être tenté de recycler une vieille peluche pour en faire cadeau à votre chien. Le risque à force de la mordiller est que votre chiot ingère par mégarde des bouts de la peluche voire ce qui constitue son rembourrage, dangereux pour votre animal. Préférez acheter une peluche spécialement adaptée à votre chien que vous pouvez trouver dans les commerces pour animaux.

  • Le jouet sonore

… ou ce que moi j’appelle les jouets « pouic pouic  » ou « pouêt pouêt ». Ce sont les jouets qui font du bruit quand le chien mord dessus. Beaucoup de chiens sont fortement stimulés (et certains complètement excités) par ce bruit et ont une préférence pour ce type de jouet.

Privilégiez les jouets solides qui résisteront aux assauts répétés des crocs de votre chiot.

Pour ma part, je ne supporte pas (ou plutôt plus) ce type de jouet qui pour moi constitue une nuisance sonore! Ok, les premières fois que j’ai entendu ce bruit, j’ai beaucoup rigolé… mais ça m’a vite passé! Je ne sais plus pourquoi mais Hélios chiot s’était retrouvé avec un jouet sonore et il ne jouait plus qu’avec ça. Non seulement ça le faisait beaucoup (trop) monter en excitation selon moi mais en plus d’entendre ce bruit à longueur de journée ça m’a rendue dingue! J’ai fini par lui retirer ce jouet… Ce qui ne l’a pas empêché d’en trouver vite un autre pour satisfaire ses besoins de mastication (mais sans bruit cette fois ci).

  • Autres jouets pour la mastication du chien

Il existe tout un tas de jouets de forme différentes qui peuvent satisfaire les besoins de mastication de votre chiot: jouets avec picots en caoutchouc, jouets rectangulaires, ronds, avec rainures, … Sympa pour avoir des sensations masticatoires différentes.

LES JOUETS A NOURRITURE

Je distingue les jouets que vous pouvez fourrer de nourriture et laisser à votre chien que vous soyez présent ou pas des jouets où il est préférable d’être présent (jeux de stimulation cognitive)

  • Jouet à fourrer

Ce sont les jouets que vous pouvez fourrer de nourriture pour occuper votre chien dans la journée en votre absence tout en lui permettant d’assouvir ses besoins de mastication.

Au besoin, en fonction de ce que vous mettez dans le jouet, veillez à rééquilibrer sa ration quotidienne de nourriture.

  • Jeu dit d’intelligence

Le chien doit faire preuve de patience et parfois d’astuce pour trouver des friandises dans le jeu : déplacer un couvercle, déplacer un pion, soulever une clappe, faire pivoter un contenant… Selon les chiens et le jeu, les friandises sont trouvées en 30s à plusieurs minutes…

Je recommande d’effectuer ce type de jeu sous surveillance.

LES ESSENTIELS SELON MOI

A priori, dans le quotidien avec votre chiot, vous aurez besoin de différents types de jouets :

  • Des jouets d’occupation, pour faciliter l’apprentissage de la solitude
  • Des jouets supports pour les besoins masticatoires de votre chiot, qui sont très importants à leur âge
  • Et éventuellement si vous voulez créer de l’interaction par le jeu des jouets qui le permettent

Et je dis à chaque fois « des » jouets parce que votre chiot peut se lasser s’il a toujours le même jouet à disposition. Alors faites des rotations régulièrement.

Pour moi au minimum, il y aura donc besoin :

  • D’un ou de plusieurs jouet(s) à fourrer de nourriture pour occuper votre chiot. Ce jouet pourra aussi servir pour les besoins de mâchouiller
  • De deux balles pour le jeu avec vous.
  • D’une corde pour les besoins de mordillements. Ca donne à votre chiot une autre texture. Et si vous encadrez bien la chose, cela pourra être aussi utilisé dans les interactions avec votre chien
  • D’un autre jouet de forme différente (avec des rainures, des picots, …) pour les besoins masticatoires, que vous pourrez alterner avec les autres jouets

La marque Kong est une bonne marque. Les jouets sont solides, généralement adaptés aux besoins des chiens, facilement lavables et durables dans le temps (et non je ne suis pas sponsorisée par kong, c’est juste que j’ai été très satisfaite de leurs produits jusqu’à présent au contraire d’autres marques).

Est-ce que vous avez d’autres jouets à conseiller, solides et que votre chiot aime mâchouiller?

Apprentissage du rappel à votre chiot: mettre toutes les chances de votre côté

Apprentissage du rappel à votre chiot: mettre toutes les chances de votre côté

Aujourd’hui je voulais vous parler de l’apprentissage du rappel à votre chiot et comment mettre toutes les chances de votre côté pour qu’il revienne facilement quand vous l’appelez.

Je vous présente ci-dessous 6 aspects qui sont selon moi indispensables pour garantir un bon rappel.

1.Construisez un relationnel avec votre chiot basé sur la confiance et non la peur

Pour moi ce qui est d’abord important dans l’apprentissage du rappel c’est le relationnel parce que c’est ce qui va donner envie ou pas à votre chiot de répondre et revenir à vous quand vous l’appelez.

Spontanément quand il arrive chez vous votre chiot vous suit partout. Vous êtes son nouvel être d’attachement.  C’est plutôt une bonne base pour débuter l’apprentissage du rappel vous ne trouvez pas ?

Par contre, à vous de rester une base sécurisante pour votre chiot, un être de confiance.

Si vous construisez un relationnel basé sur les punitions (qu’elles soient verbales et/ou corporelles), vous n’êtes pas dans un relationnel de confiance. Vous basez la relation avec votre chiot sur la crainte et la peur. Et ça, c’est plutôt défavorable à ce que votre chiot revienne spontanément vers vous quand vous l’appelez.

2. Assurez vous que votre chiot connaisse bien son nom

Au commencement de l’apprentissage du rappel il est impératif que votre chiot connaisse et réponde à son nom. Introduire toute demande (demande de revenir incluse) par le nom de votre chiot lui permettra de bien comprendre que c’est à lui que vous vous adressez et à porter attention à ce que vous allez lui dire/demander ensuite.

3. Débutez l’apprentissage du rappel à maison puis passez à l’extérieur en augmentant progressivement la difficulté (monde, chiens, etc.)

Votre chiot connaît son nom. Il connaît et est bien familiarisé à son environnement au sein de votre famille. Votre logement est clos et sécurisé. Bref, toutes les conditions sont réunies pour que vous puissiez débuter sereinement et facilement ce nouvel apprentissage.

Ensuite seulement, quand le rappel fonctionne assez bien à la maison, passez à l’extérieur. D’abord dans un endroit calme, avec peu de stimulations pour que votre chiot ne soit pas trop distrait, puis augmentez la difficulté petit à petit.

4. Utilisez toujours un ton enjoué et enthousiaste (qui tire vers les aigus) pour appeler votre chiot.

Bon, je dois avouer, on se sent un peu ridicule les premières fois quand on se met à parler comme ça dans les aigus. Mais vraiment, ça joue auprès du chiot, je vous assure.

5. Faites attention à votre langage non-verbal

Soyez cohérent dans votre langage. Spontanément quand vous appelez votre chiot, vous êtes conscient de votre langage verbal : vos mots d’ordre, vos intonations, etc. Savez-vous que le chiot fait également très attention à votre non-verbal ? Votre posture, votre regard, vos mouvements, vos mimiques… Quand vous appelez votre chiot, assurez-vous donc d’être orienté vers lui, le regarder … au moment de l’appeler. Vous pouvez très bien aussi associer un sifflement particulier et/ou un mouvement de la main par exemple spécifique pour rappeler votre chiot.

Pour ma part, mon chien est habitué à être appelé de différentes manières :

  • « Hélios, viens ! » (avec ou sans posture non-verbale spécifique)
  • « Hélios » + sifflement (avec ou sans posture non-verbale spécifique) voire parfois un sifflement spécifique qui lui dit en gros « dépêche-toi » quand la situation l’impose
  • Signe de la main + posture spécifique (hyper pratique quand je ne peux pas faire de bruit le matin quand je lâche Hélios derrière chez moi, ça évite de réveiller les voisins à 7h du matin …)

J’aime vraiment beaucoup cet apprentissage mutuel de ce qui convient finalement le mieux pour lui comme pour moi pour le rappeler dans une situation donnée. Ca ne s’est pas fait comme ça tout de suite. Au début je n’utilisais que le « Hélios, viens ! ». Mais voilà, au fur et à mesure qu’on a appris à se connaître et construire notre relation, nos propres codes de communication (verbal et non verbal je le rappelle) se sont instaurés. Et je trouve ça absolument formidable !

6. Récompensez votre chiot quand il revient à vous après l’avoir appelé

Félicitez votre chiot quand il adopte le comportement désiré. Donc quand il revient à vous après l’appel, caressez-le, dites lui un mot récompense « c’est bien ! » , « super », etc. … et/ou donnez lui une friandise. Votre chiot a bien fait le job, récompensez ce bon comportement pour qu’il le renouvelle par la suite.

Enfin, n’oubliez pas que votre chiot a des capacités de concentration qui peuvent être assez limitées au début. Préférez donc des séquences d’apprentissage courtes (5-10 min) mais répétées et régulières plutôt que des longues séances espacées.

Et vous, comment fonctionne le rappel avec votre chiot ? Auriez-vous d’autres conseils à donner pour favoriser cet apprentissage du rappel ?

apprentissage rappel chiot
Votre chiot a un comportement gênant: votre premier réflexe

Votre chiot a un comportement gênant: votre premier réflexe

Si votre chiot se met à manger et avaler tout et n’importe quoi, que ce soit papiers, trombones, chaussettes etc.,

Si votre chiot se met à grogner voire carrément vous mordre quand vous le touchez alors qu’il ne le faisait pas avant,

S’il se lèche à tout bout de champ jusqu’à parfois avoir des plaies,

(ce ne sont que des exemples parmi d’autres)

Bref, de façon générale quand/si votre chiot a un trouble du comportement, votre première réaction, votre premier instinct, doit être de vous demander si le changement de comportement ne serait pas un symptôme d’un problème de santé.

Votre réflexe doit être de contacter votre vétérinaire. 

Pas d’aller voir sur internet et demander sur les groupes facebook ou les forums ce qui pourrait causer ce comportement et comment faire pour que votre chiot arrête de le produire… (je crois que c’est quand même un des premiers réflexes aujourd’hui…)

Vous connaissez votre chiot mieux que quiconque, vous l’avez observé, vous êtes le mieux placé pour décrire à votre vétérinaire ce qui se passe. Au regard des éléments que vous allez lui fournir, votre vétérinaire va vous dire s’il vaut mieux consulter et si oui dans quels délais.

Mieux vaut vérifier que votre chiot n’agit pas de la sorte parce qu’il a une maladie, vous ne croyez pas?

Après tout, votre chiot peut se mettre à vous mordre quand vous le touchez à l’oreille par exemple parce qu’il a une otite et qu’il a mal…

Plus tôt vous consultez, plus vite vous saurez vraiment de quoi il retourne et comment résoudre et apaiser les tensions de votre chiot.

Alors voilà, si votre chiot change soudainement de comportement, passez un petit coup de fil à votre vétérinaire!

chien carlin couché