Aujourd’hui je voulais vous parler de l’apprentissage du rappel à votre chiot et comment mettre toutes les chances de votre côté pour qu’il revienne facilement quand vous l’appelez.

Je vous présente ci-dessous 6 aspects qui sont selon moi indispensables pour garantir un bon rappel.

1.Construisez un relationnel avec votre chiot basé sur la confiance et non la peur

Pour moi ce qui est d’abord important dans l’apprentissage du rappel c’est le relationnel parce que c’est ce qui va donner envie ou pas à votre chiot de répondre et revenir à vous quand vous l’appelez.

Spontanément quand il arrive chez vous votre chiot vous suit partout. Vous êtes son nouvel être d’attachement.  C’est plutôt une bonne base pour débuter l’apprentissage du rappel vous ne trouvez pas ?

Par contre, à vous de rester une base sécurisante pour votre chiot, un être de confiance.

Si vous construisez un relationnel basé sur les punitions (qu’elles soient verbales et/ou corporelles), vous n’êtes pas dans un relationnel de confiance. Vous basez la relation avec votre chiot sur la crainte et la peur. Et ça, c’est plutôt défavorable à ce que votre chiot revienne spontanément vers vous quand vous l’appelez.

2. Assurez vous que votre chiot connaisse bien son nom

Au commencement de l’apprentissage du rappel il est impératif que votre chiot connaisse et réponde à son nom. Introduire toute demande (demande de revenir incluse) par le nom de votre chiot lui permettra de bien comprendre que c’est à lui que vous vous adressez et à porter attention à ce que vous allez lui dire/demander ensuite.

3. Débutez l’apprentissage du rappel à maison puis passez à l’extérieur en augmentant progressivement la difficulté (monde, chiens, etc.)

Votre chiot connaît son nom. Il connaît et est bien familiarisé à son environnement au sein de votre famille. Votre logement est clos et sécurisé. Bref, toutes les conditions sont réunies pour que vous puissiez débuter sereinement et facilement ce nouvel apprentissage.

Ensuite seulement, quand le rappel fonctionne assez bien à la maison, passez à l’extérieur. D’abord dans un endroit calme, avec peu de stimulations pour que votre chiot ne soit pas trop distrait, puis augmentez la difficulté petit à petit.

4. Utilisez toujours un ton enjoué et enthousiaste (qui tire vers les aigus) pour appeler votre chiot.

Bon, je dois avouer, on se sent un peu ridicule les premières fois quand on se met à parler comme ça dans les aigus. Mais vraiment, ça joue auprès du chiot, je vous assure.

5. Faites attention à votre langage non-verbal

Soyez cohérent dans votre langage. Spontanément quand vous appelez votre chiot, vous êtes conscient de votre langage verbal : vos mots d’ordre, vos intonations, etc. Savez-vous que le chiot fait également très attention à votre non-verbal ? Votre posture, votre regard, vos mouvements, vos mimiques… Quand vous appelez votre chiot, assurez-vous donc d’être orienté vers lui, le regarder … au moment de l’appeler. Vous pouvez très bien aussi associer un sifflement particulier et/ou un mouvement de la main par exemple spécifique pour rappeler votre chiot.

Pour ma part, mon chien est habitué à être appelé de différentes manières :

  • « Hélios, viens ! » (avec ou sans posture non-verbale spécifique)
  • « Hélios » + sifflement (avec ou sans posture non-verbale spécifique) voire parfois un sifflement spécifique qui lui dit en gros « dépêche-toi » quand la situation l’impose
  • Signe de la main + posture spécifique (hyper pratique quand je ne peux pas faire de bruit le matin quand je lâche Hélios derrière chez moi, ça évite de réveiller les voisins à 7h du matin …)

J’aime vraiment beaucoup cet apprentissage mutuel de ce qui convient finalement le mieux pour lui comme pour moi pour le rappeler dans une situation donnée. Ca ne s’est pas fait comme ça tout de suite. Au début je n’utilisais que le « Hélios, viens ! ». Mais voilà, au fur et à mesure qu’on a appris à se connaître et construire notre relation, nos propres codes de communication (verbal et non verbal je le rappelle) se sont instaurés. Et je trouve ça absolument formidable !

6. Récompensez votre chiot quand il revient à vous après l’avoir appelé

Félicitez votre chiot quand il adopte le comportement désiré. Donc quand il revient à vous après l’appel, caressez-le, dites lui un mot récompense « c’est bien ! » , « super », etc. … et/ou donnez lui une friandise. Votre chiot a bien fait le job, récompensez ce bon comportement pour qu’il le renouvelle par la suite.

Enfin, n’oubliez pas que votre chiot a des capacités de concentration qui peuvent être assez limitées au début. Préférez donc des séquences d’apprentissage courtes (5-10 min) mais répétées et régulières plutôt que des longues séances espacées.

Et vous, comment fonctionne le rappel avec votre chiot ? Auriez-vous d’autres conseils à donner pour favoriser cet apprentissage du rappel ?

apprentissage rappel chiot